Chat sur le site du Parti Socialiste

novembre 02 17:47 2008 Imprimer cet article

congres du PS

Sylvain Raifaud, Corinne Morel Darleux et Laure Pascarel ont répondu aux questions des internautes pour la motion F.

pecalvel

je suis étonné que personne ne soulève le problème de l’économie réelle. En effet je pense qu’avec la suppression presque totale du secteur de production secondaire – vu que celui-ci est passé dans les pays à bas salaires – fatalement, le chômage dans nos pays occidentaux va augmenter . Ne devons-nous pas nous poser la question de savoir si ces Etats ( la Chine en particulier ) ne doivent pas penser à développer leur économie intérieure en premier par l’augmentation du pouvoir d’achat de sa population ? Ceci permettrait à nos industries petites et moyennes de revenir sur leur envie de s’expatrier et de revenir dans nos pays. Je pense que le problème est similaire à celui de la crise financière que nous traversons.

Sylvain Raifaud

En effet, la crise financière actuelle se traduit déjà dans l’économie réelle. A Utopia, nous considérons que cette crise couve depuis longtemps déjà, et qu’il s’agit plus globalement d’une crise du système capitaliste. C’est pour cela que nous appelons à des réformes structurelles qui permettront un dépassement du système capitaliste, comme, par exemple, le plafonnement de la rémunération des actionnaires ou le contrôle et l’encadrement du crédit à long terme sur des critères de développement durable.

alexandra_K

Pouvez-vous préciser votre position sur l’Europe…

Corinne Morel-Darleux

Bien sûr Alexandra. Nous sommes pour une Europe fédérale, politique et sociale. Et nous sommes surtout contre l’Europe actuelle, dominée par les lobbies industriels et agricoles, l’Europe de la directive de la honte. Nous voulons une charte des droits fondamentaux, complétée et juridiquement opposable, un contrôle de la BCE par le parlement européen, un véritable droit social européen.

S.R.

Nous sommes également pour une fiscalité unique européenne, à même niveau de service public. Nous sommes également pour une réforme en profondeur de la PAC et de la politique d’aide à l’exportation agricole qui porte atteinte à la souveraineté alimentaire des pays du sud.

Leila

Pourquoi ce nom d’Utopia, au fait ?

S.R.

Parce que nous considérons que nous sommes les seuls à proposer des solutions raisonnables et ambitieuses dans le cadre de ce congrès ! En effet, est-ce raisonnable d’appeler à une croissance infinie du PIB, cet indicateur qui ne veut rien dire ? Plus sérieusement, Utopia s’est constitué en 1996 avec ce nom qui symbolise à la fois l’imaginaire et le concret.

Gheyouche_Lakenji

Ne croyez-vous pas que la motion F restera justement un idéal qu’on ne peut pas atteindre?

S.R.

Nous avons travaillé depuis plusieurs années avec des intellectuels et des responsables associatifs pour élaborer les propositions figurant dans la motion. Elles sont parfaitement réalistes.

C.M-D

Certaines de nos propositions sont d’ailleurs déjà en application : regardez ce qui se fait dans les amap pour une agriculture paysanne et relocalisée, dans les sociétés coopératives, les systèmes d’échanges locaux…

Desman

Vous êtes, à juste titre, pour la relocalisation de l’économie. Doit-elle passer par la création de monnaies locales comme cela se fait déjà dans certaines localités de différents pays ? Exemple, Totnes en Angleterre. Comment éviter que ces monnaies ne deviennent un outil supplémentaire de l’économie du profit à tout prix ?

C.M-D

La monnaie est aujourd’hui un instrument que l’on voudrait nous présenter comme apolitique (la fameuse indépendance de la BCE) alors que les banques centrales servent des logiques néolibérales. S’attaquer à l’institution monétaire est donc un véritable enjeu. Des expériences sont mises en oeuvre également en France (le SOL, par exemple) mais présentent des défauts. Cet enjeu mérite encore des débats éclairés des militants et citoyens. Cela fait partie de nos chantiers, avec ceux qui nous rejoindront.

Edvige_non_je_deconne

Vous n’avez pas un peu l’impression de vous être fait piquer la vedette par le “pôle écolo”?

S.R.

La motion B présente avec la nôtre effectivement des convergences sur l’élan écologique. Cependant, ils entretiennent l’ambiguïté sur un certain nombre de questions essentielles : le nucléaire, la relocalisation de l’économie, la croissance, l’Europe… Nous travaillons depuis plus de 5 ans sur un projet global intégrant ces questions. Créé en début d’année, il est normal que le pôle écologique ne puisse porter qu’une motion de témoignage avec l’objectif affiché d’introduire un peu plus d’écologie au PS.

C.M-D

Les adhérents verts ont reconnu dans notre projet les fondements d’un projet écologique, en acceptant de signer pour le dépôt d’une motion Utopia chez les Verts.

leila

Comment avez-vous trouvé les tableaux de comparaison entre les motions dans l’hebdo… Ils n’ont même pas eu le respect de vous intégrer d’ailleurs! Pour moi, c’est révoltant, on se croirait chez Leclerc! Comment comptez-vous ramener un peu la notion de respect dans ce parti?

Laure Pascarel

En effet, deux motions ont produit des tableaux comparatifs dans l’ hebdo. Ces tableaux sont un peu réducteurs et ne font pas forcément appel à l’intelligence des militant-e-s à notre sens. Par ailleurs, comme tu le soulignes, le fait de restreindre ces comparaisons à respectivement 2 et 4 motions est un vrai déni de démocratie interne. le temps du congrès est justement celui de l’expression de toutes les sensibilités du PS… c’est un manque de respect vis-à-vis des militant-e-s qui ont planché sur la rédaction de notre motion, rédigée collectivement, et vis-à-vis de ses 500 signataires !

Gheyouche_Lakenji

Comment pensez-vous remettre le travail à sa juste place quand la société actuelle ne pense qu’à la productivité et aux gains avec toujours cette arrière-pensée que si vous n’avez pas de travail vous n’êtes rien?

S.R.

Tout d’abord en réduisant la durée du travail. En effet, pour que chaque sphère de la vie puisse être reconnue (sphère productive, associative, syndicale, amicale…), il est essentiel de pouvoir organiser le temps de travail sur le modèle de la semaine de 4 jours, et de pouvoir le moduler sur toute la vie. La reconnaissance également des activités associatives comme réelles activités, prises en compte dans le calcul des droits à la retraite par exemple, même si elles ne sont pas rémunérées. Enfin, nous proposons une couverture sociale déconnectée du revenu, en proposant une couverture universelle de santé, et la suppression des assurances complémentaires.

Eloi

Vous gouverneriez avec le Modem, vous???

S.R.

Pourquoi regarder à droite alors qu’il y a tant de choses intéressantes à gauche ? Le parti socialiste n’est pas assez attentif à ce qui se passe dans les mouvements altermondialistes, les forums sociaux. A Malmo au forum social en septembre nous n’avons pas vu beaucoup de socialistes, alors qu’il sort de ces rassemblement une grande richesse de propositions… Si notre ambition est de changer la société, nous allons avoir besoin de tout le monde !

Gynseng

Pourriez-vous me résumer votre vision de la fiscalité ? On impose qui, et comment?

L.P.

L’élargissement des droits fondamentaux, le développement de biens communs, et celui des services publics sont au coeur de notre projet. Cela suppose de réhabiliter l’impôt mais un impôt plus équitablement réparti. Il est inacceptable que le seul impôt progressif (impôt sur le revenu) ne représente que 7 % des prélèvements obligatoires

Rapha

Après l’Education nationale, quel serait votre premier poste de budget de l’Etat? Et le dernier?

C.M-D.

Nos priorités portent sur l’accès à l’ensemble des droits fondamentaux. Nous considérons notamment que l’accès à la protection sociale ne doit plus être financée par les cotisations sociales, et donc pas par le travail, mais par l’impôt.

S.R.

La protection sociale occupera donc une place essentielle dans le budget de l’Etat. Cela ne signifie pas pour autant que les derniers postes budgétaires seront fondamentalement moins importants à nos yeux. Par exemple, nos propositions sur l’accès à certains droits fondamentaux comme l’énergie ou l’eau, supposent que les tranches d’énergie ou d’eau offertes à tous seront essentiellement financées par l’accroissement de la facture des gros consommateurs. Cette mesure essentielle pèsera relativement peu dans le budget de l’Etat.

martin

Considérez-vous que le PS joue aujourd’hui son rôle d’opposition ?

C.M-D.

Nous pensons que le parti n’est pas suffisamment audible aujourd’hui. Et pour redevenir audible, il doit avoir des positions claires. Et pour avoir des positions claires… organiser le débat en interne, et faire preuve de courage politique sur un certain nombre de sujets.

L.P.

Le PS doit faire des propositions nouvelles, être plus ambitieux et aussi renouer avec une présence sur le terrain, aux côtés des sans papiers, des mouvements sociaux, des plus démunis. C’est ça, être socialiste ! Et c’est uniquement à ce compte-là qu’on pourra être une vraie force d’opposition. Pas juste en s’abstenant sur le plan de sauvetage financier…

minnie

Vous pensez vraiment qu’on peut régulariser tous les sans papiers sans aucune condition ?!!!

L.P.

Il est de la responsabilité d’un Etat de sortir de la clandestinité des personnes qui sont souvent réduites à un état d’esclaves modernes. Pour que ces personnes cessent d’être criminalisées et puissent vivre dignement. On est en effet les seuls à proposer une régularisation de tous les sans papiers, travailleurs ou non. La liberté de circulation et d’établissement est inscrite dans la déclaration universelle des droits de l’homme. Elle ne peut être conditionnée au fait de brandir un contrat de travail ou une feuille d’impôt.

Gheyouche_Lakenji

L’agriculture mondiale a la capacité de nourrir plus de 12 milliards de personnes mais vous oubliez qu’avec les nouvelles énergies propres issues justement de cette agriculture, utilisent une partie de cette capacité ce qui entraîne une hausse des prix du riz, du maïs, du tournesol et j’en passe au détriment du facteur humain. Malheureusement des enfants meurent de faim. Quelle est la solution. ECOLOGIE OUI mais à quel prix?

S.R.

Les agro-carburants sont tout sauf écologiques!! Ils se fondent sur la croyance que le carbone absorbé par la plante compense sa combustion. Les agro-carburants sont présentés comme écologiques alors que leur production émet énormément de carbone. Ils mettent une pression considérable sur l’agriculture nourricière. Ils doivent donc être bannis.

Glosoli

Au-delà des émissions de carbone, les agro-carburants posent un problème moral énorme: le nord, qui a pollué la planète, y remédierait encore une fois au détriment du sud alors que nous sommes en pleine crise alimentaire. Comment pouvons-nous continuer dans cette optiqu- là à produire des agros-carburants ?

S.R.

Tu as parfaitement raison. Au-delà de la question des agro-carburants, il faut impérativement assurer la souveraineté alimentaire de chaque pays ou région, ce que propose, parmi d’autres, Via campesina. Nous défendons la fin des subventions à l’exportation, la priorité aux exploitations paysannes, la protection des semences et l’interdiction de la brevetabilité du vivant…

Mahaut

Vous aimez donc vraiment le bordel pour être et chez les socs, et chez les verts!!!

L.P.

Dans ta question, tu sous-entends qu’il y a plutôt plus de bordel au PS que chez les Verts ou l’inverse?

Pierre_bis

Bonsoir, pourquoi le PS ne parle-t-il pas d’assistanat au lieu de sauvetage des banquiers??

L.P.

La direction du PS est mal à l’aise sur ces questions… pas nous. Pourquoi les éléphants sont-ils mal à l’aise? Parce que leur projet (défendu dans des motions déposées “avant” la crise) ne sont pas à la hauteur. Une fois les banquiers sauvés (si on y arrive), qu’est-ce qui empêchera que cela recommence? Si on ne change rien au système….

C.M-D

Les discours des éléphants évoluent ces dernières semaines. Opportunisme? Nous, en revanche, nous avons pensé un projet de société, de dépassement du capitalisme, qui passe par un développement de l’économie sociale et solidaire (grâce notamment à des mécanismes de socialisation des investissements), une limitation des écarts de salaire, le SLAM….

elladan

En cette période troublée pour la croissance, pourriez vous s’il vous plaît préciser vos positions par rapport à la décroissance ? Merci.

S.R.

Pour nous la question n’est pas “croissance ou décroissance ?”, mais “croissance de quoi et décroissance de quoi ?” Nous proposons d’utiliser de nouveaux indicateurs de richesse à la place du PIB, comme l’indicateur de développement humain par exemple.

elladan

En fait, s’il est admis que la poursuite infinie de la croissance est incompatible avec une planète finie, ne pensez-vous pas qu’il est suicidaire de ne pas changer de direction en ce qui concerne le productivisme, le toujours plus ? Donc, pour résumer, ne serait-il pas temps d’imaginer une autre société fondée sur un système reposant sur une autre logique que celle de la croissance ?

S.R.

C’est précisément notre point de vue : nous rêvons d’une société libérée des dogmes de la croissance et de la société de consommation, ce qui passe nécessairement par un abandon du productivisme.

Lea43

Pourquoi voter pour vous, alors qu’on sait bien qu’au mieux du mieux, vous ne serez même pas représentés au bureau national du parti?

L.P.

Il n’est pas dit que nous ne serons pas au représentés au Bureau National ! Attendons de voir le résultat des votes des militant-e-s. Nous avons triplé le nombre de signataires depuis le dernier congrès.

Meryami

Est-ce que ce n’est pas un peu irresponsable de dire que vous voulez sortir du nucléaire alors qu’on est en plein réchauffement climatique ?!!!

S.R.

Cela n’a rien à voir. Si l’ensemble de l’énergie électrique utilisée dans le monde était produite avec le nucléaire, cela ne concernerait que 16% des besoins globaux en énergie. Sans compter les risques liés aux accidents, aux déchets, à la prolifération. Nous reprenons à notre compte les propositions du scénario “Negawatt” qui avec de la sobriété et de l’efficacité énergétique et des renouvelables permet de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre en abandonnant le nucléaire à l’horizon 2030.

Desman

Que pensez-vous de l’économie distributive ? Est-ce une “utopie réalisable” à vos yeux ?

S.R.

Ce n’est pas du tout irréaliste. La redistribution passe par la redéfinition des 3 grandes sphères de l’économie: le domaine public, l’économie sociale et solidaire et la sphère marchande.

L.P.

Concernant le domaine public, il convient (et ce sera une vraie révolution) de réintégrer des secteurs médicaux et paramédicaux, dans un Pôle public de la Santé, afin de garantir un égal accès aux soins de tous les citoyens et résidents sur tout le territoire. Nous devons refuser les dépassements d’honoraires qu’autorise la médecine libérale, le développement des assurances privées… pour repenser notre système de santé.

glosoli

Le nom d’Utopia ne montre-t-il pas à lui seul l’irréalisme d’un idéal qui est pourtant magnifique et que je partage?

C.M-D.

Il y a toujours eu des minorités pour faire avancer le monde, et on trouvait aussi “utopistes” à une époque les congés payés, le droit de vote des femmes, le droit à l’avortement, l’abolition de la peine de mort… Notre mission en tant que politiques, c’est bien d’avoir l’ambition de changer le monde et de se donner les moyens de le faire! Soyons ambitieux, soyons radicaux, votons pour un monde de fraternité, avec un grand “F” !!!

L.P.

Merci à tou-te-s les participant-e-s !

S.R.

… et rendez-vous le 6 novembre !

  Categories: