UTOPIA : la motion réaliste du Congrès ?

octobre 19 18:43 2008 Imprimer cet article

par Thierry TERNISIEN sur www.mediapart.fr

« Désossement » de la motion F sans effort de style mais avec une tentative de faire émerger la structure et la cohérence de la pensée politique présente derrière la motion. Le risque est, bien sur, de perdre en lyrisme et, parfois, en précision.

Identifier, dépasser, changer, pourraient être retenus comme les verbes structurant la motion.

Identifier

1. L’état actuel de la politique : au mieux un art des moyens qui oublie sa finalité, au pire une simple conquête ou conservation du pouvoir.

2. Les trois premières aliénations des sociétés développées : dogme de la croissance comme solution aux maux économiques, dogme de la consommation comme seul critère d’épanouissement individuel, centralité de la “valeur” travail comme seule organisation de la vie sociale.

Dépasser

Nous devons reprendre le combat des objectifs et des idées pour proposer une alternative ambitieuse et crédible au modèle néolibéral qui domine actuellement la scène mondiale. Construire un projet de société, c’est définir et organiser les conditions de vie qui permettront à chacun de s’épanouir.

1. Limitation et encadrement (par des normes sociales, environnementales) du champ de la sphère marchande

2. Elargissement du domaine public en proposant une réappropriation publique (via l’Etat, les collectivités locales et d’autres acteurs publics) des secteurs touchant aux besoins fondamentaux.

3. Développement de l’économie sociale et solidaire et réduction progressive du rôle aujourd’hui central des marchés financiers.

4. Relativiser l’obligation de croissance et tempérer l’appétit de consommation (des désirs aux besoins).

5. Remettre le travail à sa vraie place : resituer ses objectifs ; inventer pour lui un cadre humain ; soustraire le travail rémunéré aux injonctions du profit ; réduire l’espace qui est réservé au travail rémunéré et s’ouvrir à la gratuité.

6. De nouveaux indicateurs de richesse : IDH (Indicateur de Développement Humain), ISS (Indicateur de Santé Sociale), Empreinte écologique, PIB vert, BIP 40 (Baromètre des Inégalités et de la Pauvreté).

Changer

1. Répondre à l’urgence écologique : scénario Négawatt (sobriété et efficacité énergétiques ; énergies renouvelables) ; sortie progressive du nucléaire ; création d’un pôle public de l’énergie ; taxe carbone ; relocalisation de l’économie avec comme premier exemple l’agriculture diversifiée.

2. Souveraineté alimentaire : interdiction du brevetage du vivant ; moratoire immédiat sur la commercialisation et la mise en culture des OGM; arrêt des essais et cultures en milieu ouvert en Europe ; prise en compte et un débat public autour des travaux d’évaluations indépendants; étiquetage et traçabilité obligatoires sur tous les produits agroalimentaires; régime de responsabilité spécifique aux OGM permettant de poursuivre les auteurs des contaminations (financièrement et juridiquement); recherche publique forte, pluridisciplinaire et indépendante; taxation ou tout autre dispositif permettant d’assurer la protection des productions de qualité, bio et issues de l’agriculture paysanne et nourricière.

3. Fiscalité internationale et dette du Tiers Monde : taxes sur les transactions financières ; taxe unitaire sur les bénéfices des firmes transnationales ; taxes écologiques ; dispositif fiscal (SLAM–Shareholder Limited Authorized Margin ) permettant de plafonner la rémunération maximale des actionnaires en prélevant intégralement tout ce qui dépasse ce plafond règlementaire ; annulation totale de la dette de tous les pays du Tiers Monde ; impôt mondial sur les grandes fortunes et suppression des paradis fiscaux

4. Sans-papiers et co-développement : régularisation de tous les sans-papiers ; politique permettant d’obtenir des visas de séjour de longue durée ; encouragement des migrations temporaires ; développement des échanges d’éducateurs, d’enseignants, d’artistes ; attribution automatique d’un statut (titre de séjour, droits fondamentaux) de longue durée ; facilités accordées aux migrants issus des pays en développement pour effectuer des transferts de fonds ; garantie de l’accès aux soins et aux médicaments au-delà de toute logique marchande ; renoncement de l’Europe à ses aides à l’exportation de matières agricoles.

5. Elargissement des droits fondamentaux : prise en charge universelle des soins par un pôle public de la santé ; couverture logement universelle ; revenu universel d’existence ; une école de la république ; démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur ; garantir à tous les niveaux le principe de l’« exception culturelle » ; information respectueuse de l’individu ; « déspécialiser les rôles » entre hommes et femmes.

6. Approfondir notre démocratie : promouvoir un nouveau rapport au temps pour exercer pleinement sa citoyenneté ; financement public des organisations syndicales ; nouveaux droits pour les salariés avec rétablissement de la hiérarchie des normes ; développement de l’économie sociale et solidaire

7. Une Europe fédérale, politique et sociale : compléter la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne, la rendre juridiquement opposable ; mettre en place un véritable droit social européen ; tendre vers une fiscalité unique et à un même niveau de service public ; soumettre la Banque centrale européenne au contrôle du Parlement européen ; faire du Conseil de l’Union européenne, à côté du Parlement européen, la deuxième chambre de l’Union européenne.

8. VIème République : suppression pure et simple de l’élection au suffrage universel et du poste même de Président de la République ; exercice de mandat unique de député (limité à 2 fois dans le temps) ; démocratie locale fondée sur le principe de représentation par l’élection, et reposant également sur la participation permanente des citoyens

Motion très riche, globale et précise. Elle fournit un cadre d’analyse, un horizon et une série de propositions concrètes qui gagneraient à être intégrés par les autres motions. Basée sur une réflexion transversale aux partis (PS, Verts,..), assumant une approche utopique, elle est paradoxalement la motion la plus réaliste puisque prenant pleinement en compte l’impasse dans laquelle nous a mené le capitalisme. Elle pourrait s’inspirer des autres motions pour dégager une stratégie d’accès au pouvoir et de transformation au niveau français et au niveau européen. Si vous souhaitez « plus de chair » autour de l’ossature que je vous ai présentée vous ne pourrez faire l’économie d’une lecture de la motion.

Thierry Ternisien

  Categories: