université d’été d’utopia à vaison la romaine

septembre 18 22:19 2008 Imprimer cet article

L’université d’été d’Utopia s’est tenue du 23 au 25 août à Vaison La Romaine, dans le Vaucluse. Sous un soleil radieux, les quelques quatre-vingts utopiens présents ont passé un week-end studieux, agrémenté de quelques pauses détente à la piscine.

vaison_la_romaine_1.JPG

vaison la romaine 2

Plusieurs débats passionnés ont ponctué ces trois jours : * sur la situation des sans-papiers, avec le témoignage de militants de RESF Vaucluse, emprunt d’émotion pour rappeler l’important déploiement d’énergie nécessaire à la défense de chaque cas individuel. Les réticences des partis de gauche à adopter une position claire sur le sujet ne sont pas comprises. La position d’Utopia, pour une régularisation de tous les sans-papiers, fait contraste, mais manque d’échos et nécessite d’être longuement argumentée auprès de nos concitoyens tant les préjugés sont nombreux. * sur le nucléaire, avec l’intervention d’un responsable du réseau « sortir du nucléaire ». Il a dressé un portrait critique de la filière, rappelant qu’elle génère des déchets dangereux d’une durée de vie de plusieurs milliers d’années mais aussi qu’elle entraîne des émissions de gaz à effet de serre liés à l’extraction de l’uranium, son transport, la construction des centrales… En outre, pour lui, la survenue d’un accident nucléaire à court terme est vraisemblable, et les conséquences prévisibles, à l’instar de Tchernobyl, justifient d’un arrêt immédiat (5 à 10 ans) des installations en exploitation. Les économies d’énergie d’une part, le recours à des énergies alternatives d’autre part (notamment renouvelables) permettraient cette sortie rapide. Les utopiens présents ont majoritairement exprimé leur accord avec l’objectif de sortie du nucléaire, pointant néanmoins d’importantes inexactitudes et approximations dans l’intervention, et justifiant la position plus réaliste défendue par Utopia d’une sortie progressive du nucléaire en 30 ans.

Des groupes de travail ont également défriché quelques thèmes sur lesquels Utopia souhaite se renforcer : * la mise en place d’une taxe carbone. Il s’agirait de taxer les produits en fonction de l’émission de gaz à effet de serre qu’ils induisent tout au court de leur cycle de vie (de la production à l’élimination). Une alternative serait d’asseoir la taxe sur l’énergie consommée pour produire puis recycler un produit, indépendamment du type d’énergie utilisé, afin de ne pas privilégier des filières comme le nucléaire. Dans tous les cas, des mécanismes compensateurs doivent être pensés pour ne pas réduire le pouvoir d’achat des personnes aux plus faibles revenus. Les participants de l’atelier ont décidé de continuer à travailler sur ce sujet via internet, avec comme objectif d’arriver à une proposition concrète sur ce sujet en mars prochain dans le cadre des futures élections européennes.

  • la laïcité. Il ne s’agit pas de rejeter les religions mais de garantir à chacun une liberté de croyance (religieuse ou non) et de pensée. Garantir cette liberté ne doit pas conduire l’Etat à financer les lieux de cultes, au même titre que certains équipements associatifs, ce qui risquerait de constituer une remise en cause fondamentale de la loi de 1905 de séparation des églises et de l’Etat. Ne faut-il pas plutôt étendre l’application de la loi à l’ensemble du territoire (cas de l’Alsace-Moselle et de la Guyane) ? Avec pour objectif de préserver l’école laïque de la République, et de lutter contre les communautarismes en ce qu’ils contestent la suprématie des lois de la République.
  • les retraites. Il n’y a en fait qu’un problème de financement ponctuel. La démographie déséquilibrée se rééquilibrera à long terme. En attendant, des solutions existent pour équilibrer la trésorerie : emprunt, fond de réserve, élargissement de l’assiette des cotisations, suppression des exonérations, fusion des caisses de retraite… Mais face aux attaques du gouvernement contre le contrat social français, Utopia doit voir plus loin et proposer un système cohérent avec ses propositions et la dénonciation des 3 aliénations : croissance, consommation, centralité de la « valeur » travail. Il faut donc imaginer une retraite par répartition égalitaire, basée sur le revenu universel, et internationale.

Le film projeté samedi soir, La double face de la monnaie, a permis de mieux appréhender les différentes fonctions de la monnaie et les travers du système monétaire international. La présentation d’un système d’échange local (SEL) parisien, d’une banque de temps au Royaume-Uni, et d’une monnaie locale « fondante » en Allemagne ont montré qu’il est possible d’organiser les échanges de biens et de services dans un cadre non financier, établissant d’autres rapport au travail, au temps, à la hiérarchisation des rapports sociaux. Les militants présents étaient d’accord pour que le thème de la monnaie fasse l’objet d’un travail approfondi par Utopia dans les mois à venir.

Un bilan extrêmement positif a été dressé du cycle de conférences 2007-08 à Paris (disponibles en vidéo sur le site Internet) et Clermont-Ferrand. Il a été rendu compte du succès du Manifeste Utopia en librairie (1000 exemplaires vendus en trois semaines, ré-édition en juillet).

L’université d’été a également été l’occasion de préparer le congrès du PS et de l’assemblée générale des Verts, qui auront lieu à l’automne 2008. Chez les Verts, l’heure est à la recherche de signatures pour la motion d’orientation. Au PS, après la phase des contributions s’ouvre la phase des motions. Des échanges avec les leaders de plusieurs courants ont eu lieu qui ont permis d’acter, pour la première fois, des convergences significatives sur le plan idéologique. Toutefois, et après un large débat, il a été jugé prématuré d’entrer dans des jeux d’alliance, Utopia risquant alors d’être assimilé à un courant du PS, alors que nous rassemblons des militants bien au-delà de ce parti. Utopia déposera donc sa propre motion au congrès du PS, tout en poursuivant les échanges avec les autres mouvements qui exprimeront une convergence d’analyses et de propositions.

Enfin, le programme de travail pour la rentrée a été présenté. Au delà du congrès du PS et de l’AG des Verts, la promotion du livre reste d’actualité, par des présentations en librairies, des rencontres avec la presse régionale. Le cycle des conférences reprendra dès le mardi 16 septembre, à Paris, avec pour sujet le revenu universel d’existence et sa mise en eouvre concrète, avec Yoland Bresson. Utopia participera ensuite au forum social européen de Malmö (Suède) du 17 au 21 septembre. Les liens se développent également avec l’Amérique du Sud, en particulier l’Uruguay et la traduction du Manifeste en espagnol est en cours. Parallèlement, le lancement d’une collection de petits ouvrages est envisagé, avec un premier livre sur les migrations et les droits des sans-papiers. Ce projet a été présenté brièvement, il doit faire l’objet d’amendements qui seront examinés lors d’un prochain Conseil National d’Utopia.

Pour mener tous ces projets, Utopia se fonde exclusivement sur la contribution financière des adhérents et sympathisants. Un appel à dons et cotisations est donc lancé !…


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/mouvemenz/www/site/wp-content/themes/gadgetine-theme/includes/single/post-tags-categories.php on line 7
  Categories: